Exposition "Joana Vasconcelos - exagérer pour inventer" à l'Hôtel départemental des Arts | Association Mozaic
17968
post-template-default,single,single-post,postid-17968,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-13.0,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.4,vc_responsive

Exposition « Joana Vasconcelos – exagérer pour inventer » à l’Hôtel départemental des Arts

Exposition « Joana Vasconcelos – exagérer pour inventer » à l’Hôtel départemental des Arts

L’Hôtel départemental des Arts du Var (HDA Var) vous propose de découvrir une nouvelle exposition du 13 juillet au 18 novembre 2018.

FEMME(S) D’AUJOURD’HUI

Nouvelle invitation au voyage à l’HDA : après les mondes imaginaires de Mœbius, la jungle urbaine de la collection Florence et Damien Bachelot et les images d’Alain Fleischer, venez tenter une excursion… dans le quotidien !

À travers ses œuvres iconiques, créations textiles et pièces plus anciennes, l’artiste internationale Joanas Vasconcelos nous livre sa vision à la fois complice et critique de la société contemporaine, en interrogeant les identités collectives, et particulièrement la place du féminin et le statut de la femme.

Mêlant objets du quotidien et traditions artisanales, l’artiste revisite notre monde, s’approprie et décontextualise des objets préexistants pour nous inviter à regarder le quotidien autrement.

Vous découvrirez une œuvre créée spécialement pour l’exposition de l’HDA, une toute nouvelle « Valquíria », dans la série de ces créatures textiles réalisées pour différents musées.

Pour découvrir plus en détails le travail de l’artiste, vous pouvez visiter son site internet.

© Joana Vasconcelos "Gary ", 2015. Luis Vasconcelos/Courtesy Unidade Infinita Projectos © ADAGP, Paris, 2018.
Passerelle, 2005, faïence, fer métallisé et
thermolaqué, moteur, tableau de commande et
de protection, interrupteur à pédale. Collection d’Art Fondation EDP, Lisbonne © The New Art Gallery of Walsall - ADAGP, Paris 2018.
Passerelle, 2005, faïence, fer métallisé et thermolaqué, moteur, tableau de commande et de protection, interrupteur à pédale. Collection d’Art Fondation EDP, Lisbonne © The New Art Gallery of Walsall - ADAGP, Paris 2018.
Aquarela, 2014, collection de l’artiste, © Unidade Infinita Projectos – ADAGP, Paris 2018.
Aquarela, 2014, collection de l’artiste, © Unidade Infinita Projectos – ADAGP, Paris 2018.

LAISSEZ-VOUS GUIDER

Pour découvrir l’impressionnant travail de Joana Vasconcelos et en comprendre les enjeux, voyagez avec de futur.e.s artistes ! En partenariat avec Mozaïc, l’HDA vous propose des visites guidées menées par des étudiant.e.s de l’École Supérieure d’Art et de Design TPM. Laissez-vous transporter !

EN PRATIQUE

Du 13 juillet 2018 au 18 novembre 2018 – Visites guidées les samedis et dimanches à 15h30

Hôtel départemental des Arts – 236 bd Maréchal Leclerc 83000 Toulon
Tous les jours de 10h à 18h sauf le lundi
ENTRÉE LIBRE

Commissariat : Jean-François Chougnet

Big Booby #3, 2016, crochet en laine, fait à la main, maille industrielle, polyester, acier inoxydable. Collection de l’artiste © Unidade Infinita Projectos - ADAGP, Paris 2018.
BIOGRAPHIE

Joana Vasconcelos (née à Paris en 1971) vit et travaille à Lisbonne. Elle expose régulièrement depuis le milieu des années 1990. Remarquée pour sa participation à la 51ème Biennale de Venise en 2005, avec la Noiva (la mariée), ce grand lustre de cinq mètres composé de tampons hygiéniques, elle présente depuis lors ses travaux à l’échelle internationale. Sa première rétrospective a été organisée en 2010 au Museu Coleção Berardo, à Lisbonne (2010). On peut rappeler dans les récentes invitations qui lui ont été faites, l’exposition collective The World Belongs to You au Palazzo Grassi/Fondation François Pinault, à Venise (2011) ou encore celle de la Monnaie de Paris en 2017, « Women house », où elle se fit remarquer avec sa sculpture monumentale « la Théière ». Certes, son œuvre a pour problématique la femme et sa place dans le monde : tantôt femme au foyer, tendre aimante, tantôt femme guerrière, à l’image de ses Valkyries… La plupart de ses œuvres balancent entre ces différentes facettes. On peut citer pour exemple l’œuvre Marilyn, exposée à Versailles et qui représente une immense paire d’escarpins rutilants. Lorsque l’on s’approche on découvre qu’ils sont constitués de casseroles et de couvercles. On a à la fois la femme glamour, attentive à son image et séduisante, et le symbole de la cuisinière.

Aucun commentaire

Désolé, les commentaires sont fermés.