Ayaghma | Association Mozaic
18229
portfolio_page-template-default,single,single-portfolio_page,postid-18229,bridge-core-2.6.0,qode-page-transition-enabled,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-24.5,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.5.0,vc_responsive

Ayaghma

MARS 2021

© Camille Trotabas

RÉSIDENCE LA DYSTOPIE DES HEURES CREUSES

 

Duo danse et mât chinois  – 2 corps en mouvement, 2 autodidactes d’origine hiphopienne, 2 idéalistes réalistes et rêveurs.

Avant l’ennui, le bruit assourdissant du monde moderne, la rumeur du dehors.

Constatant que c’est dans l’ennui que notre imaginaire laisse de la place aux nouvelles intentions, Nacim et Julien nous proposent de prendre notre temps, comme un défi contre l’idée à tout prix. Ils s’aventurent à la quête de la verticalité, déplaçant leur pratique quotidienne et horizontale vers un autre plan, une ascension vers un nouvel endroit de déséquilibre, voire de risque. Ils font l’éloge de l’ennui pour déjouer le présent, le rendre plus palpable peut-être…

C’est l’histoire de 2 « bougeurs » et d’un mât chinois.

1er-5 MARS 2021

LA LOLY CIRCUS, ORAISON

© Baptiste Alexandrowicz

PRÉSENTATION* DIVIDUS

 

Pièce pour 7 corps – Dividus se déroule dans un futur dystopique, où tout a été oublié. La nécessité du spectacle vivant a été effacée de toutes les mémoires.

Seuls restent quelques témoins du passé qui s’agitent sur une scène ceinte de grands pans de tissus. Sous le couvercle de cette capsule temporelle, les danseurs creusent leur empreinte pour les générations futures, dans le sillon d’une question essentielle aux danseurs : quels mouvements laisser derrière eux, quels gestes transmettre ? Chacun éprouve alors son style, étudie chaque posture, puisant aussi bien dans la danse contemporaine que dans les figures de break et de hiphop pour n’extraire que l’essentiel : ce qui nous définit en tant qu’individus au milieu du collectif, ce qui nous distingue des autres…

Dans Dividus, les danseurs sont des explorateurs et le plateau un laboratoire où l’acte artistique est passé au crible. Car n’est-il pas la trace ultime, capable de perdurer dans l’esprit de chacun ?

 

*présentation réservée aux professionnels, réservation indispensable.

23 MARS 2021

14H30

LE ZEF, SCÈNE NATIONALE, MARSEILLE

ÉVÉNEMENTS PASSÉS 2021

FÉVRIER 2021

RÉSIDENCE/REPRÉSENTATION DIVIDUS

 

Pièce pour 7 corps – Dividus se déroule dans un futur dystopique, où tout a été oublié. La nécessité du spectacle vivant a été effacée de toutes les mémoires.

Seuls restent quelques témoins du passé qui s’agitent sur une scène ceinte de grands pans de tissus. Sous le couvercle de cette capsule temporelle, les danseurs creusent leur empreinte pour les générations futures, dans le sillon d’une question essentielle aux danseurs : quels mouvements laisser derrière eux, quels gestes transmettre ? Chacun éprouve alors son style, étudie chaque posture, puisant aussi bien dans la danse contemporaine que dans les figures de break et de hiphop pour n’extraire que l’essentiel : ce qui nous définit en tant qu’individus au milieu du collectif, ce qui nous distingue des autres…

Dans Dividus, les danseurs sont des explorateurs et le plateau un laboratoire où l’acte artistique est passé au crible. Car n’est-il pas la trace ultime, capable de perdurer dans l’esprit de chacun ?

 

*représentation réservée aux professionnels, réservation indispensable.

15-17 FÉV. 2021 (résidence)

18 FÉV. 2021 (représentation)*

14H

THÉÂTRE BENOÎT XII, AVIGNON

JANVIER 2021

© Axel Queval

RÉSIDENCE DIVIDUS

 

Dividus se déroule dans un futur dystopique, où tout a été oublié. La nécessité du spectacle vivant a été effacée de toutes les mémoires…

6-12 JANV. 2021

THÉÂTRE DES SALINS, SCÈNE NATIONALE DE MARTIGUES

© Axel Queval

REPRÉSENTATION DIVIDUS

 

Représentation réservée aux professionnels – Dividus se déroule dans un futur dystopique, où tout a été oublié. La nécessité du spectacle vivant a été effacée de toutes les mémoires.

Seuls restent quelques témoins du passé qui s’agitent sur une scène ceinte de grands pans de tissus. Sous le couvercle de cette capsule temporelle, les danseurs creusent leur empreinte pour les générations futures, dans le sillon d’une question essentielle aux danseurs : quels mouvements laisser derrière eux, quels gestes transmettre ? Chacun éprouve alors son style, étudie chaque posture, puisant aussi bien dans la danse contemporaine que dans les figures de break et de hiphop pour n’extraire que l’essentiel : ce qui nous définit en tant qu’individus au milieu du collectif, ce qui nous distingue des autres…

Dans Dividus, les danseurs sont des explorateurs et le plateau un laboratoire où l’acte artistique est passé au crible. Car n’est-il pas la trace ultime, capable de perdurer dans l’esprit de chacun ?

12 JANV. 2021

16H

THÉÂTRE DES SALINS, SCÈNE NATIONALE DE MARTIGUES

© Camille Trotabas

REPRÉSENTATION LA DYSTOPIE DES HEURES CREUSES

 

Duo danse et mât chinois

2 corps en mouvement, 2 autodidactes d’origine hiphopienne, 2 idéalistes réalistes et rêveurs.

Avant l’ennui, le bruit assourdissant du monde moderne, la rumeur du dehors.
Constatant que c’est dans l’ennui que notre imaginaire laisse de la place aux nouvelles intentions, Nacim et Julien nous proposent de prendre notre temps, comme un défi contre l’idée à tout prix. Ils s’aventurent à la quête de la verticalité, déplaçant leur pratique quotidienne et horizontale vers un autre plan, une ascension vers un nouvel endroit de déséquilibre, voire de risque.

Ils font l’éloge de l’ennui pour déjouer le présent, le rendre plus palpable peut-être…
C’est l’histoire de 2 « bougeurs » et d’un mât chinois.

 

Représentation dans le cadre de la Biennale Internationale des Arts du Cirque 2021.

23 JANV. 2021

20H

LA LOLY CIRCUS, ORAISON

ÉVÉNEMENTS PASSÉS 2020

DÉCEMBRE 2020

© Camille Trotabas

RÉSIDENCE LA DYSTOPIE DES HEURES CREUSES

 

[Duo danse et mât chinois avec Julien Gros et Nacim Battou]

2 corps en mouvement,

2 autodidactes d’origine hiphopienne,

2 idéalistes réalistes et rêveurs.

Avant l’ennui, le bruit assourdissant du monde moderne, la rumeur du dehors.

Constatant que c’est dans l’ennui que notre imaginaire laisse de la place aux nouvelles intentions, Nacim et Julien nous proposent de prendre notre temps, comme un défi contre l’idée à tout prix. Ils s’aventurent à la quête de la verticalité, déplaçant leur pratique quotidienne et horizontale vers un autre plan, une ascension vers un nouvel endroit de déséquilibre, voire de risque.

Ils font l’éloge de l’ennui pour déjouer le présent,le rendre plus palpable peut-être…

C’est l’histoire de 2 « bougeurs » et d’un mât chinois.

13-18 DÉC. 2020

THÉÂTRES EN DRACÉNIE, DRAGUIGNAN

OCTOBRE 2020

© Axel Quéval

SORTIE DE RÉSIDENCE DIVIDUS

 

Dividus se déroule dans un futur dystopique, où tout a été oublié. La nécessité du spectacle vivant a été effacée de toutes les mémoires.

2 OCT. 2020

18H

CDC MAISON DE L'EAU, ALLÈGRE-LES-FUMADES

© Axel Quéval

RÉSIDENCE DIVIDUS

 

Dividus se déroule dans un futur dystopique, où tout a été oublié. La nécessité du spectacle vivant a été effacée de toutes les mémoires.

5-10 OCT.

8 OCT. (sortie de résidence scolaire)

CDCN LES HIVERNALES, AVIGNON

© Axel Quéval

RÉSIDENCE DIVIDUS

 

Dividus se déroule dans un futur dystopique, où tout a été oublié. La nécessité du spectacle vivant a été effacée de toutes les mémoires.

12-17 OCT. 2020

CHÂTEAUVALLON, SCÈNE NATIONALE, OLLIOULES

© Axel Quéval

RÉSIDENCE DIVIDUS

 

Dividus se déroule dans un futur dystopique, où tout a été oublié. La nécessité du spectacle vivant a été effacée de toutes les mémoires.

19-29 OCT. 2020

LES SALINS, SCÈNE NATIONALE DE MARTIGUES

© Axel Quéval

SPECTACLE DIVIDUS ANNULÉ

 

Dividus se déroule dans un futur dystopique, où tout a été oublié. La nécessité du spectacle vivant a été effacée de toutes les mémoires.

Seuls restent quelques témoins du passé qui s’agitent sur une scène ceinte de grands pans de tissus. Sous le couvercle de cette capsule temporelle, les danseurs creusent leur empreinte pour les générations futures, dans le sillon d’une question essentielle aux danseurs : quels mouvements laisser derrière eux, quels gestes transmettre ? Chacun éprouve alors son style, étudie chaque posture, puisant aussi bien dans la danse contemporaine que dans les figures de break et de hiphop pour n’extraire que l’essentiel : ce qui nous définit en tant qu’individus au milieu du collectif, ce qui nous distingue des autres…

Dans Dividus, les danseurs sont des explorateurs et le plateau un laboratoire où l’acte artistique est passé au crible. Car n’est-il pas la trace ultime, capable de perdurer dans l’esprit de chacun ?

30 OCT. 2020 ANNULÉ

20H30

LES SALINS, SCÈNE NATIONALE DE MARTIGUES

SEPTEMBRE 2020

© Axel Quéval

RÉSIDENCE DIVIDUS

 

Dividus se déroule dans un futur dystopique, où tout a été oublié. La nécessité du spectacle vivant a été effacée de toutes les mémoires.

Seuls restent quelques témoins du passé qui s’agitent sur une scène ceinte de grands pans de tissus. Sous le couvercle de cette capsule temporelle, les danseurs creusent leur empreinte pour les générations futures, dans le sillon d’une question essentielle aux danseurs : quels mouvements laisser derrière eux, quels gestes transmettre ? Chacun éprouve alors son style, étudie chaque posture, puisant aussi bien dans la danse contemporaine que dans les figures de break et de hiphop pour n’extraire que l’essentiel : ce qui nous définit en tant qu’individus au milieu du collectif, ce qui nous distingue des autres…

Dans Dividus, les danseurs sont des explorateurs et le plateau un laboratoire où l’acte artistique est passé au crible. Car n’est-il pas la trace ultime, capable de perdurer dans l’esprit de chacun ?

31 AOÛT-25 SEPT.

CONSERVATOIRE, MARTIGUES

© Christian Varlet

SPECTACLEDYSTOPIE DES HEURES CREUSES

 

[Duo danse et mât chinois avec Julien Gros et Nacim Battou]

2 corps en mouvement,

2 autodidactes d’origine hiphopienne,

2 idéalistes réalistes et rêveurs.

Avant l’ennui, le bruit assourdissant du monde moderne, la rumeur du dehors.

Constatant que c’est dans l’ennui que notre imaginaire laisse de la place aux nouvelles intentions, Nacim et Julien nous proposent de prendre notre temps, comme un défi contre l’idée à tout prix. Ils s’aventurent à la quête de la verticalité, déplaçant leur pratique quotidienne et horizontale vers un autre plan, une ascension vers un nouvel endroit de déséquilibre, voire de risque.

Ils font l’éloge de l’ennui pour déjouer le présent, le rendre plus palpable peut-être…

C’est l’histoire de 2 « bougeurs » et d’un mât chinois.

6 SEPTEMBRE 2020

18H

JARDIN DE LA RODE, MARTIGUES

© Christian Varlet

SPECTACLEDYSTOPIE DES HEURES CREUSES

 

[Duo danse et mât chinois avec Julien Gros et Nacim Battou]

2 corps en mouvement,

2 autodidactes d’origine hiphopienne,

2 idéalistes réalistes et rêveurs.

Avant l’ennui, le bruit assourdissant du monde moderne, la rumeur du dehors.

Constatant que c’est dans l’ennui que notre imaginaire laisse de la place aux nouvelles intentions, Nacim et Julien nous proposent de prendre notre temps, comme un défi contre l’idée à tout prix. Ils s’aventurent à la quête de la verticalité, déplaçant leur pratique quotidienne et horizontale vers un autre plan, une ascension vers un nouvel endroit de déséquilibre, voire de risque.

Ils font l’éloge de l’ennui pour déjouer le présent, le rendre plus palpable peut-être…

C’est l’histoire de 2 « bougeurs » et d’un mât chinois.

26 SEPTEMBRE 2020

18H

JARDIN DE LA RODE, MARTIGUES

© Axel Quéval

RÉSIDENCE DIVIDUS

 

Dividus se déroule dans un futur dystopique, où tout a été oublié. La nécessité du spectacle vivant a été effacée de toutes les mémoires.

Seuls restent quelques témoins du passé qui s’agitent sur une scène ceinte de grands pans de tissus. Sous le couvercle de cette capsule temporelle, les danseurs creusent leur empreinte pour les générations futures, dans le sillon d’une question essentielle aux danseurs : quels mouvements laisser derrière eux, quels gestes transmettre ? Chacun éprouve alors son style, étudie chaque posture, puisant aussi bien dans la danse contemporaine que dans les figures de break et de hiphop pour n’extraire que l’essentiel : ce qui nous définit en tant qu’individus au milieu du collectif, ce qui nous distingue des autres…

Dans Dividus, les danseurs sont des explorateurs et le plateau un laboratoire où l’acte artistique est passé au crible. Car n’est-il pas la trace ultime, capable de perdurer dans l’esprit de chacun ?

28 SEPT.-2 OCT.

CDC LA MAISON DE L'EAU, ALLÈGRE-LES-FUMADES

FÉVRIER 2020

© Caillou Michael Varlet

SPECTACLEPARADOXAL WILD

 

Les prémices du solo de Nacim Battou prennent leurs sources dans un voyage au Liban, au cœur d’un lieu singulier et chargé de sens : le temple de Bacchus aux abords de la frontière syrienne.

Dans ce premier solo sa danse physique et décomplexée se frotte aux images numériques de son complice “Caillou”, comme un duo dansé. Une danse organique, résolument hip-hop et profondément contemporain pour une expérience intense au cœur d’un dispositif immersif.

10 FÉVRIER 2020 (scolaire)

14H30

CDCN LES HIVERNALES, AVIGNON