Association Mozaic | La compagnie Hors Surface en résidence à Châteauvallon, scène nationale
17109
post-template-default,single,single-post,postid-17109,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-13.0,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.4,vc_responsive

La compagnie Hors Surface en résidence à Châteauvallon, scène nationale

La compagnie Hors Surface en résidence à Châteauvallon, scène nationale

Dernière compagnie à bénéficier pour cette saison du partenariat entre Mozaïc et Châteauvallon – dont vous trouverez le détail dans cet article Hors Surface était en résidence du 27 octobre au 03 novembre pour sa nouvelle création, OPEN CAGE. Rencontre avec Damien Droin qui nous parle de son projet.

LE PROJET

OPEN CAGE est une pièce de cirque/théâtre, physique et poétique sur ces liens qui nous retiennent, nous empêchent et nous manipulent… Sarah et Damien, les deux artistes sur scène, partent en quête d’équilibre, se questionnent, expérimentent, jouent avec les espaces et les rythmes pour défier l’apesanteur. OPEN CAGE parle de rêve et d’exploration, d’enfermement et de conquête. Deux plans, deux histoires et beaucoup de possibilités…

Le projet se construit suivant trois principes :

Tout d’abord, la cage, les barrière qu’on se met.

« Il s’agit de les repousser, de les briser, et au-delà même de trouver sa liberté dans un cadre et de l’exploiter. »

Ensuite, la projection de soi, de l’autre, du double qu’on se crée par manque.

« Je souhaite créer ainsi un effet miroir, ce sera une invitation à jouer, à explorer l’espace. »

Enfin, il s’agit de rendre visible l’invisible et inversement, de jouer avec tous les liens qui nous rattachent à des gens, ces liens qui nous sécurisent, nous tiennent, et qui deviennent aussi ceux qui nous retiennent.

« Je m’intéresse tout particulièrement aux liens qui existent en permanence et nous relient aux uns aux autres, aux choses, à notre passé… et à l’instant charnière où le fil qui nous retient de tomber devient aussi celui qui nous empêche d’avancer. »

Avec OPEN CAGE, Damien Droin va ainsi travailler avec le langage du corps pour imaginer un spectacle universel. Dans cette création, il ajoute au langage corporel une dimension théâtrale en s’associant à Sylvain Prudhomme qui l’accompagnera sur l’écriture de textes pour le spectacle. Cette nouvelle approche lui permet ainsi d’avoir un regard différent , les allers-retours et discussions avec l’auteur apportent une dimension nouvelle à la création.

« Travailler avec l’auteur me permet aussi de donner un sens, une direction en fonction d’une autre sensibilité, et de changer de point de vue. »

LA COMPAGNIE HORS SURFACE

Créée en 2010, la compagnie s’inscrit d’emblée dans une écriture exigeante et résolument multidisciplinaire, avec l’envie de dépasser les cadres tant de la musique que du cirque. Avec la volonté de cultiver le meilleur des deux mondes, elle revendiquent dans ses créations un engagement physique intense, dans la plus pure tradition circassienne, allié à la précision d’une écriture émotionnelle, comme seule la musique le permet.

LA RÉSIDENCE

L’équipe de la compagnie Hors Surface a travaillé pendant une semaine sur cette nouvelle création à Châteauvallon, scène nationale, en se concentrant surtout sur la scénographie du spectacle, pour explorer dans un premier temps « les contraintes physiques liées à la scénographie et trouver un langage qui fait corps avec l’espace scénique, un langage capable de repousser les limites de la simple performance ». C’est la première session de travail qui permet de réunir toute l’équipe.

« Au cours de cette résidence, nous avons pu mettre le cadre de la scénographie, et prendre les décisions finales. Nous avons bien avancé et sommes très contents du travail fourni. »

Début septembre, Damien Droin avait séjourné à la Cité des Arts du Cirque (Le Mans), mais cela lui avait surtout permis de faire passer des auditions afin de trouver sa partenaire sur scène. À Châteauvallon, ils ont également pu commencer à travailler sur le jeu d’acteur qui viendra donner du sens et de la profondeur à la performance physique.

« Nous avons essayé beaucoup de choses, qui se sont avérées concluantes. Nous avons bien avancé même si forcément nous n’avons pas encore toutes les clés. »

« Maintenant, on avance pas à pas, en essayant de ne pas figer les choses. Dans le cirque, il n’y a pas, contrairement au théâtre par exemple, de base de dramaturgie existante, il s’agit de recréer sans cesse, ce qui est à la fois intéressant et effrayant. »

ET APRÈS ?

Après Châteauvallon, place au voyage : Damien Droin s’est envolé le 13 novembre vers Séoul en Corée du Sud pour trois semaines afin de continuer la formation acrobatique de la Company Project Nalda et assurer la direction artistique de leur prochain spectacle L’époque de Sabre.

Concernant le projet OPEN CAGE, une autre résidence est prévue en février 2018 au Centre National des Arts du Cirque pour travailler essentiellement sur la partie technique du spectacle.

La première aura lieu en novembre 2018 en Suisse, au Théâtre Am Stram Gram (Genève). Le spectacle sera accueilli pour la première fois en France en février 2019, dans le cadre de la Biennale Internationale des Arts du Cirque (Marseille).

Aucun commentaire

Poster un commentaire